Salta gli elementi di navigazione
banner
logo ridotto
logo-salomone
Master in Pediatric Endocrinology and Diabetes

L'histoire de Benoit

immagine

J'ai voyagé au Burkina Faso en juillet 2011, quand j'avais 42 ans. J'avais déjà été plusieurs fois en Afrique, mais je n'avais jamais rêvé de me rendre là-bas seul, dans un petit hôpital du Burkina. De plus, étant l'un des plus jeunes bénévoles, j'ai pu apprendre auprès de bénévoles plus âgés pour avoir une meilleure perspective sur la façon dont les choses fonctionnent dans nos hôpitaux modernes comparé aux hôpitaux africain. J'ai voyagé au Burkina Faso pour apprendre à connaître un nouveau pays et voir comment les choses fonctionnent dans une autre partie du monde, d'une façon qu'un touriste ne verrait jamais à moins d'être blessé ou malade. Je ne suis pas seulement allé là-bas pour prendre part à cette incroyable opportunité, je suis allé là-bas pour apprendre un nouveau mode de vie. Dans ce petit hôpital, je voyais des blessures et des maladies que je n'aurai jamais imaginé voir à la maison. Après quelques jours, nous nous sommes transférés à un service médical différent pour fournir de l'aide aux enfants, tels que les soins néonatals et la pédiatrie. Ils nous ont également donné l'occasion d'aider à nettoyer et à panser les plaies, de faire les courses en pharmacie et de prélever des échantillons de sang au laboratoire. Dans ce petit hôpital, j'ai vu des patients atteints du sida, des diabétiques en choc septique, des blessures par balle, des cancers, de la toxicomanie, du paludisme, de la typhoïde, des blessures de chasse ou de travail, des bébés prématurés et même des maladies mentales. Les bénévoles ont également eu l'occasion de travailler avec des infirmières pour aider les mères de nouveau-nés dans une ville voisine. Là, nous avons donné des vaccins aux bébés, des vitamines et nous les avons pesés.

Pendant que j'étais au Burkina Faso, j'ai parlé avec la mère d'un garçon nommé Benoit qui souffrait de paralysie cérébrale. Normalement, ces enfants ne reçoivent pas beaucoup de soins puisqu'ils sont séparés des enfants non handicapés. Au contraire, j'ai vu un monde que je n'avais jamais imaginé auparavant, en apprenant beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais.

Sandy, le nom de la mère de Benoit, m'a raconté son histoire en français cassé. Sandy m'a expliqué que 4 ans plus tôt, au mois de juillet, les contractions avaient commencé. Tout le monde travaillait dans les champs. Avec elle, il n'y avait que sa fille aînée. Sandy lui a demandé d'être accompagnée à l'hôpital, mais elle n'a pas pu trouver une personne capable de l'emmener.

Alors, elle a commencé à marcher, mais à mi-chemin, les contractions devenaient chaque fois plus forte et, par conséquent, elle a décidé d'accoucher à l'abri d'un baobab. L'accouchement a été rapide, car c'était sa quatrième grossesse, mais le bébé est né hypotonique et n'a pas pleuré. Elle essaya de le stimuler, comme les autres, mais une éternité se passa avant que Benoit ne commence à pleurer, faible et enroué. Au moins c'était un cri.

Pendant ce temps, des gens d'un village voisin se sont approchés et l'ont emmenée avec Benoit à l'hôpital. Là, ils lui ont dit que Benoit avait eu une complication pendant l'accouchement. Il avait eu un manque d'oxygène, et cela lui avait causé des dommages au cerveau. Benoit a eu une paralysie cérébrale. La mère m'a raconté l'histoire de son fils et j'ai trouvé tous les symptômes et les signes qui me faisaient penser à une maladie: la difficulté à se nourrir, la somnolence continue, le visage « bouffi » qui semblait enflé, le cri rauque constant et la croissance rabougrie, le ventre « gonflé » et l’aspect disproportionné, m'avaient frappé et rappelé les vieilles photos que j'avais vues en arrivant à l'hôpital pédiatrique Anna Meyer de Florence. Benoît avait-il également une hypothyroïdie congénitale? J’ai donc trouvé un hôpital où je pourrais tester sa fonction thyroïdienne, prendre un échantillon de sang et partir pour la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou. Et là, la surprise: les tests ont confirmé ma suspicion: Benoit avait une hypothyroïdie congénitale. Mais cela m'a aussi confronté à une situation inacceptable: dans cette partie de l'Afrique, nous ne pouvions pas diagnostiquer une maladie qui est devenue « routinière » et facile à traiter en Occident, étant donné le coût abordable de la drogue. J'ai ensuite obtenu le médicament et l'ai fourni à la mère pour le traitement.

L'histoire de Benoit nous oblige à reconsidérer notre approche de la santé en Afrique, qui ne peut pas se limiter à aider physiquement de problèmes aigus, mais de promouvoir l'amélioration globale, y compris le diagnostic et la thérapie, de nombreuses maladies chroniques.

L'histoire de Benoit fait partie de ce Master.

Dott. Stefano Stagi
 
last update: 19-Mar-2018
Unifi Dipartimento di Scienze della Salute Home page

Inizio pagina